La fresque saharienne

Joseph Peyré, témoin de son temps

C’est avec sa fresque saharienne, bientôt relayée par ses premiers romans d’un cycle sur l’Espagne (1935-1964) et d’un cycle de la montagne (1939-1947), entre divers voyages en France, en Suisse et en Afrique du Nord, que Joseph Peyré s’est fait connaître du grand public.
Le Sahara est pour lui une terre d’ascèse pour laquelle il nourrit une passion aride. Une passion qui lui inspire neuf ouvrages publiés entre 1930 et 1957 :

L’Escadron blanc (1930), Le Chef à l’étoile d’argent (1933), Sous l’étendard vert (1934), Coups durs (1935) ; Croix du Sud (Grasset, 1942) ; Proie des ombres (1943) ; Sahara éternel (1944) ; Sahara (1944) et De sable et d’or (1957).

« L’Escadron blanc parut. Aussitôt, sur les pistes saharienne les hommes et les choses prirent une réalité surprenante. Une imagination qui rejoignait celle des visionnaires…»

Joseph Kessel dans un retentissant article pour saluer l’œuvre de son ami (« L’Escadron Blanc est à nous », Les Nouvelles littéraires, 13/06/1931).

« Décembre 1928… Depuis des jours, l’escadron blanc suivait la falaise escarpée du Hank, qui fuit vers l’ouest et vient mourir dans la mer des sables. Comment distinguer des silhouettes des hommes celles des chefs, Fly Sainte-Marie, Fouchet, Lederff ? Le vent soufflait dans les burnous. C’était sur la piste d’El Kseib. Je dédie ce livre à mon frère, de la compagnie saharienne du Touat, qui marchait à la gauche de Mohamed ben Ali lorsque celui-ci fut frappé par la mort, et qui a voué au Sud, lui aussi, un amour aride. »

Dédicace de L’Escadron Blanc, de J. Peyré à son frère Émile.

« Le désert, c’est la vie de l’homme confronté à la fois au rêve et à la réalité. »

Général René Baud, Président de La Rahla, l’ amicale des Sahariens ; membre de l’Académie de Béa.

Mais le désert pour Peyré c’est aussi l’enjeu du pétrole en Algérie, auquel il consacre De sable et d’or (Flammarion, 1957), un livre d’hier et d’aujourd’hui dont la couverture est ornée d’un nouveau blason saharien : un derrick et un croissant surmonté d’une étoile.

L’Escadron blanc, un succès prometteur

 Le jury du prix de la Renaissance 1931

De Gâche à Dte : P. Fort, G. Duhamel, Pomaret, H. de Jouvenel, P. Hamp, Ed. Haraucourt, P. Chak, H. Malherbe, Mac Orlan. Assis : F. de Croisdset, E. Fabre, L. Bérard (de l’Académie Française, et président de l’Académie de Béarn), Mme Pomaret, H. Bérenger, R. Coolus.

Une image du film d’Augusto Génina (1936) :
La halte au point d’eau (une guelta dans le Hank)
Une image du film de René Chanas  (1949) :
“Le départ de l’escadron blanc“
La “chambre saharienne“ aménagée par Émile dans la maison familiale d’Aydie,
C’est de là qu’est partie l’idée de Joseph d’écrire son roman.
De gche à dte : Flye-Sainte-Marie, Peyré, x, Lederff, Fouchet (mort dans l’accident d’avion avec le général Leclerc, le 28/11/1947).
Si Peyré a raconté son histoire à son frère, l’écrivain s’est en fait inspiré du caractère du lieutenant Flye-Sainte-Marie pour bâtir son roman.
Avec De sable et d’or (1957), Peyré conclut sa fresque du désert. L’ouvrage est romanesque, mais il est surtout l’expression d’une conscience inquiète.

Texte manuscrit de Roger Frison-Roche (7 février 1992) pour le catalogue de l’exposition du centenaire (Bibliothèque municipale de Pau) :

  « Sans hésitation possible, je dois à Joseph Peyré ma vocation saharienne, ses images de sables, ses combats chevaleresques autour des points d’eau, son escadron blanc m’a poursuivi, harcelé, comblé mes désirs d’aventures… »

« Un grand merci Joseph Peyré de m’avoir fortifié par ces récits prémonitoires de la montagne et des déserts qui m’ont dictés ma propre aventure. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search