Joseph Peyré quitte l’arène

« Il a vécu discret, recueilli en son œuvre sans s’agiter autour d’elle. Et pourtant les thèmes qui l’inspiraient n’étaient pas ceux d’un contemplatif, absorbé dans un univers abstrait, ou d’un élégiaque suivant le cours paisible d’une eau sans rides au bord d’une prairie. Ce Béarnais à la minceur d’acier donnait toute sa pensée, tout son verbe à l’action.

Mais ce qu’il décrivait n’était pas une aventure isolée de l’horizon qui ne trouve son intérêt qu’à nouer, dénouer où rompre des fils. Le cadre qu’il a tracé, le lieu qu’il a choisi ont toujours pris force de personnage, et vibré, souffert, respiré, réagi comme une créature humaine. Ce n’est pas la recherche, l’invention qui créent la situation dramatique. L’auteur prend un événement général qui l’intéresse, le situe sur une terre qui lui plaît, et là, jette des caractères. L’action ne l’intéresse et ne lui plaît que sur des terres tyrannisées par le soleil. La Provence, le Sahara, des arènes frémissantes, une Saragosse assiégée !

[…] Joseph Peyré s’était présenté à l’Académie française sur les instances de Pierre Benoit et les miennes. Il atteignit un nombre important de voix sans trouver le succès. C’était l’écrivain le moins porté à faire une campagne. Il n’était capable que d’attirer et de ressentir l’amitié. Il se montrait peu et venait rarement à Paris. […] À cette amitiéÀ dte : Tampon pour dédicaces de J.P. de vingt ans toujours présente mais glissée au domaine des ombres, qu’il me soit permis de renouveler cette voix qui n’a pas abouti, mais qui demeure un fidèle hommage…»

Tampon pour dédicaces de J.P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search