Sa vie en Provence

« Béarnais, homme de l’océan, je nourrissais le préjugé des miens contre la Méditerranée, cette mer sans marées, et contre ses rivages, qu’ils croyaient accablés par des étés paludéens. Il fallut pour m’amener à plus de justice un concours de circonstances dû à la guerre et à l’occupation. Coupé en effet de Saint-Jean-de-Luz par la ligne de démarcation qui en séparait mon village béarnais d’Aydie, je dus aller chercher la mer de l’autre côté. Ce fut ainsi que je vins à Beauvallon, où je me rendis compte que, grâce aux combats perpétuels du mistral et du vent marin, le climat était aussi salubre qu’ensoleillé. Depuis lors, continuant comme toute ma vie à passer chaque année plusieurs mois en Béarn, je me partage entre les deux pays, et franchis deux fois l’an le seuil de l’obélisque de Naurouze, qui les divise, eux, leurs mers, et leurs « côtes » rivales. »

Avec ses rangées de ceps noirs sur champ rouge d’hiver sa mer bleue de sulfate ou dorée par l’automne, la vigne entoure d’ailleurs Beauvallon, comme pour maintenir à mon intention le paysage d’Aydie. Ici, comme chez moi, je retrouve le vigneron, l’homme dont je connais la peine. Mais au lieu de vignoble, j’habite la pinède, réalisant ainsi l’un de mes rêves d’enfant né en lisière des pignadas landaises, et de leurs maisons d’échassiers. Car c’est une demeure forestière que nous avons bâtie au pied de la colline, et si bien enfouie sous les pins que, de la rive tropézienne du golfe, elle reste invisible en toute saison. […] Poussée comme le cèpe – au regard de la durée de la fôrêt – notre “Palombière” restait tellement tapie que nous vécûmes au contact de toutes les bêtes des bois… »

Les Nouvelles Littéraires

Mais il n’avait rien à craindre des bêtes de la colline : sa fidèle “Souris” montait la garde !

Alors, il pouvait écrire en paix :

— et entre deux autres “ailleurs”,  Espagne, Maroc, ou Himalayas, revenir avec une histoire d’amour au soleil, dans une atmosphère mystique en opposition avec la vie  trépidante de la station à la mode de Saint-Tropez
— s’échapper vers la Camargue où les étendues sauvages, les chevaux  et les taureaux lui inspirent L’Étang Real (1949 )


— s’embarquer avec Les quatre capitaines (1956) pour les Indes et les Amérique afin de mieux revenir
à l’heure du débarquement de 1944,
au célèbre port aujourd’hui envahi
par les touristes



Beauvallon, 1948
Beauvallon, 1993
A son bureau, 1954
Joseph et Emile Peyré, 1957
Jospeh et Pierre Peyré, 1957

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search