Sa vie en Béarn

Etudiant en droit à Bordeaux, Joseph Peyré se partage entre Pau et la capitale girondine, où il est rédacteur au journal « La Bataille ». Son frère Emile, de 8 ans son cadet, est alors pensionnaire au Lycée de Pau. Avec son camarade de classe Henri Diriart, fils de ses correspondants, le Dr et Madame Diriart, il fonde un journal de lycéens : Le Petit Palois.

C’est, en quelque sorte dans ce journal que le futur journaliste et écrivain fit ses débuts en y livrant, dans les années de Guerre, ses premiers “poèmes en prose” à côté de signatures prestigieuses.

A cette époque il se faisait un plaisir d’aller accueillir Francis Jammes à sa descente du train, « lui et sa cape de bure », sachant qu’il aurait droit à « un joli petit cours de botanique en remontant les lacets de la gare ».

Chez Francis Jammes à Hasparen
De gche à dte : J. Peyré, F. Jammes, Madame Diriart (chale blanc), la mère de F. Jammes et le Dr Diriart (casquette).

Après l’école où il sont nés et ont vécu, les frères Peyré ont installé leurs parents au “château d’Aydie” à l’heure de la retraite. C’est dans cette maison familiale des coteaux du Vic-Bilh (le Vieux-Pays), que Joseph a écrit L’escadron blanc, sans jamais mettre le pied au Sahara. Toute sa vie il a aimé y vivre et travailler, à la saison des cèpes, des palombes et des vendanges.

De la vigne de chez Laudique, on voyait bien “le château », comme on l’appelle au Pays.
Kessel et kathia aimaient y retrouver leur ami, ici
en compagnie de son père et de sa sœur (1935)
Avec sa sœur en 1959

Le Béarn pour J. Peyré, c’est Aydie, le Vic-Bilh et ses côtes, les gaves et la montagne : ses racines. C’est Pau aussi, bien sûr, d’où il s’évade encore vers d’autres horizons aux quatre points cardinaux. Mais s’il est une direction qu’il affectionne tout particulièrement, c’est celle du Pays Basque voisin, où il se plaît à retrouver l’harmonie géographique et humaine des Basques et Béarnais, « étrangers par le sang et frères par le sol ».

« Tu le vois, notre Béarn ? me disait mon père, renonçant cette fois à l’appellation scolaire de Basses-Pyrénées pour le nom de province qui parlait à son propre cœur. Tu le vois, avec sa montagne ? Et là bas, plus loin, beaucoup plus loin que la dernière crête, dans la direction du pin parasol de Diusse, c’est l’Océan. J’entendais alors le bruit de vague que faisait, lorsque je l’appliquais à mon oreille, le grand coquillage marin de la cheminée de ma chambre. Après l’apparition de la montagne, je cherchais celle de la mer… »                      

Les Nouvelles littéraires, 17 septembre 1959
Joseph Peyré, à sa table de travail d’Aydie (1964)

Mais, où qu’il voyage, derrière sa soif de découverte et de rencontres, se profile éternellement chez l’enfant du pays, le clocher d’Aydie et le toit de son école.

D’où qu’il arrive, de la Provence, où il réside depuis les années 1940, ou d’ailleurs, sitôt à Pau, le Béarnais n’a de cesse que de retrouver ses amis. A commencer par les anciens du Lycée (qui n’était pas Barthou à l’époque), dont il ne ratait jamais la réunion annuelle de l’Amicale. Et quand il le pouvait, il participait avec entrain à celles de l’Académie de Béarn et de l’Académie des Lettres Pyrénéennes, dont il était membre.

S’il avait habité jadis (début des années 1920) au n° 26 du Cours Camou, c’est chez ses amis Touyarot qu’il établissait ses quartiers à l’Hôtel Continental, où il aimait ,recevoir journalistes et photographes. Louis Laborde-Balen et Louis Bachoué, pour Sud-Ouest, étaient des habitués du lieu. Et parfois même, il les invitait à Aydie pour d’autres reportages, se terminant en garbure, confit d’oie et Madiran. Tout comme André Bourin qui, venu de Paris pour Les Nouvelles Littéraires, en garda longtemps le souvenir.

De Pau, il est fréquent que “l’Aydien-provençal” s’échappe avec son épouse pour un séjour au Pays Basque, où il ne manque jamais une visite à son ami Ramiro Arrué, qui a si bien réussi la couverture illustrée de Jean le Basque.

Mais Aydie reste son port d’attache. Tout lui rappelle, ici, de profonds souvenirs. Ceux de l’enfance sont enracinés en lui, et la notoriété, loin de le détourner du passé, ne fait que renforcer au contraire ses liens ataviques au Vic-Bilh : la famille, les amis, le village et la vigne.

La vigne « orgueil de l’Aydien !  », comme il se plaisait à le dire et à le ressentir.

 « Peyré sans cesse revient à ce sol qui recèle pour lui tant de puissance, le feu de son vin, comme de son œuvre.»

Jean Lebrau, Les Nouvelles Littéraires, 1/10/1938

Il se souvient du temps de sa « croisade » en faveur du Pacherenc du Vic-Bilh (années 1935/1948) avec Bernard Nabonne de Madiran, et Frédérique Laplace d’Aydie.

Une croisade qu’Amédée Doléris, de Lembeye, porta au succès avec l’obtention de l’appellation d’origine contrôlée (AOC), en 1948.

Aussi peut-il écrire : « J’admire que mon village, aussi gravement dépeuplé, ait su maintenir son vignoble, et promouvoir son nom. » De mon Béarn à la Mer Basque

« Je voudrais, lorsque demain j’aurai écrit le roman de mon pays auquel je pense depuis des années, qu’on me prît pour ce que je suis, un homme de ma terre d’autant plus attaché à elle que j’en goûte mieux avec l’âge qui passe, l’éternité, l’asile, la maternelle douceur ».                                                          

Revue régionaliste des Pyrénées, 1933



Dans son village natal, il retrouve ses anciens camarades de classe, qui l’ont fait président des “Cors de chasse d’Aydie“.

Il aime s’attarder auprès de Tante Zoé, la doyenne des Aydiens, son ancienne voisine, gardienne des cloches de l’église.

Il reste attentif aux maïs, aux choses de la vigne et au destin de ceux qui la traitent, car il  sait que « le fruit est menacé dès son bourgeonnement ».

Mais tout le ramène vers son ancienne école, où il ne manque jamais d’aller saluer l’institutrice, ni de dire bonjour aux enfants.

À Aydie, l’inspiration lui vient toujours entre deux promenades sur les coteaux. Du haut de son « belvédère »  il va y rechercher l’air de l’Océan, à l’aplomb du pin parasol de Diusse, au carrefour de Garlin, Lembeye et Aire-sur-l’Adour, les cités amies dont chacun apprécie les fêtes et les marchés.

À Pau, il ne rate jamais ses rendez-vous avec Louis Laborde-Balen, le journaliste de Sud-Ouest et Louis Bachoué, le photographe, toujours prêts à le rencontrer.

Interviewé par L. Laborde-Balen à l’Hôtel Continental

Sud-Ouest, 1959


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search