L’écrivain : 1930-1964

Venu assez tardivement à la littérature, mais auteur éclectique et fécond, Joseph Peyré a tenu la scène littéraire pendant toute une moitié du XXe siècle

Il a publié de très nombreux articles dans des revues et journaux français et étrangers.

Conférencier, il a sillonné la France, l’Autriche, et l’Afrique du Nord.

Deux de ses romans sont portés à l’écran : L’Escadron Blanc, en version italienne (1936) et française (1949) ;  Sang et Lumières (1954).

Plusieurs émissions de radio et de télévision lui ont été consacrées.

Il a réalisé un disque : « Jour de fête au Pays Basque » (Vega, 33 tours , 1962).

Il a reçu six prix littéraires :

  • 1934 : Prix de Carthage pour Le Chef à l’étoile d’argent.
  • 1931 : Prix de la Renaissance pour L’Escadron blanc.
  • 1934 : Prix de Carthage pour Le Chef à l’étoile d’argent.
  • 1935 : Prix Goncourt pour Sang et Lumières.
  • 1952 : Prix du Maroc pour La Légende du Goumier Saïd, et Grand prix littéraire de la Mer et de l’Outre-Mer pour l’ensemble de son œuvre.
  • 1953 : Prix Fabien Artigue pour De mon Béarn à la mer basque.

En 1956, Joseph Peyré s’était présenté à l’Académie Française. Il faillit obtenir le succès à deux voix près, mais, fuyant les cercles littéraires des grandes capitales, il ne se représenta jamais.

Ecrivain de l’action et des émotions, ses livres portent la marque d’une philosophie humaniste. D’une conscience. Il aime les voyages – réels et imaginaires –  pour s’enrichir des cultures dont il s’imprègne. Alors, il va à la rencontre de ses héros sans s’identifier à eux, mais en leur faisant partager son goût de l’ailleurs et sa quête d’absolu entre raison et libertéjusqu’à en être visionnaire.

En avance sur son temps, les critiques ne manquaient pas de saluer avec Kessel ce « don de double vue » qui donne à ses romans le poids des vérités “vraies”.

Humaniste, il a le sens des valeurs et, se défiant des prophètes autant que des moralisateurs, il a choisi de bâtir son œuvre sur la force du témoignage. Carco, le premier, a considéré que Peyré était un témoin de son temps. Un «parfait témoin, chez qui l’homme et l’œuvre ne font qu’un », reprendra Kessel.

Les personnages qu’il préfère sont toujours des gens simples, des « héros ordinaires », qui, du Béarn au Pays Basque et à la Provence, de L’Espagne au Sahara, et des Alpes à l’Himalaya et aux Amériques ont tous – comme chacun d’entre nous dans la vie – leur « montagne à gravir » jusque dans le quotidien des épreuves qu’ils affrontent pour ne plus avoir à les subir. De là, chez Peyré, le culte du dépassement de soi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search