Premiers pas

A Paris, l’élève d’Alain ne réussit pas le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure. Malgré les encouragements à poursuivre de son maître, il rejoint le Sud-Ouest où il est répétiteur au Lycée de Pau, et termine sa licence de philosophie à Bordeaux. Il se lance alors dans le droit, tout en étant rédacteur au journal “La Bataille”. Finissant sa thèse de doctorat, il est secrétaire de Pierre Lasserre, l’Orthésien, critique littéraire, journaliste et essayiste (1920).

Avocat à la cour d’appel de Pau (1921)

En 1921, il est avocat au barreau de Pau.

En 1922, il publie sa première œuvre : Sur la terrasse, un poème en prose, que lui inspire le boulevard des Pyrénées (réédité en 1992). En 1923, il consacre un essai à Francis Carco.

Travaillant pour Pierre Lasserre, il fait  aussi des traductions d’auteurs espagnols.

Mais, peu convaincu par son engagement dans le métier d’avocat, il quitte le barreau pour occuper les fonctions de chef de cabinet de la Préfecture de la Haute-Vienne.

C’est là, encore, un tournant assez romanesque de sa vie. Appelé par une riche famille paloise et argentine qui est un peu sa seconde famille, il s’engage comme précepteur du jeune Pourtalé, qu’il a déjà aidé à passer son baccalauréat, et qu’il accompagne se soigner à Leysin, en Suisses (1925).

Percepteur du jeune Edouard Pourtalé (1922).
J. Peyré 3e en partant de la droite. E. Pourtalé en chapeau gris, 4e, à ses côtés.

A Leysin, J. Peyré fait la connaissance de Joseph Kessel venu, lui aussi, accompagner sa femme en cure (1926). Carco les rejoint. Tous deux, comme Alain auparavant, persuadent leur ami d’écrire. Ils le font “monter ” à Paris, et lui ouvrent les portes du journalisme.

De 1926 à 1931, J. Peyré poursuit une carrière de journaliste (Candide, Détective, Excelsior, Gringoire, L’Intransigeant, Voilà) et de conférencier.

Mais l’envie du roman se précise. En 1928, il publie Les complices, dont l’action de déroule à Orthez, Biarritz, Paris et Deauville. Puis, c’est Xénia, qui sort en 1930. Le livre est préfacé par Joseph Kessel, fin connaisseur de la vie des casinos et des stations de luxe à la mode, qui font le sujet de ce deuxième ouvrage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search