Au Lycée Henri IV, à Paris

Boursier en Khâgne au Lycée Henri IV, il a pour maître le philosophe Alain qui le soutient dans ses études contrariées par des ennuis de santé :

“Peyré, si vous ne devenez pas un brillant universitaire, vous avez au moins une arme pour défendre dans la vie et vous savez vous en servir; vous avez votre plume”.

La classe de rhétorique supérieure au Lycée Henri IV (Paris, 1909-1910) (Nota : le professeur sur la photo n’est pas Emile Chartier, dit Alain)

Il fait très froid ici aussi, et il va neiger peut-être. Tu fais du latin comme moi, il faut bien travailler, il faut aussi apprendre le piano, nous jouerons tous les deux, moi de la flûte, et toi du piano, quand tu seras assez fort. Qu’est ce que vous allez chanter à la messe de minuit? Je voudrais bien y être moi aussi, mais peut être que j’irai entendre la messe à Notre-dame.

Dix ans après, le maître se souvient de l’élève; il lui dédicace ses “Propos”.

25 ans plus tard, couronné par le prix Goncourt, l’ancien “khâgneux” n’oublie pas son vieux lycée et y donne une conférence où il rappelle l’anticonformisme éclatant du philosophe et le souvenir des élèves Jardiller, devenu ministre des P.T.T., et Bastid, spécialiste de Kan, ministre du commerce.

25

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search