L’enfance à Aydie

Entre l’église et l’école, j’étais heureux.
A l’image de mes voisins, je n’aurais jamais quitté Aydie, ni ma maison”

« Avec les trois maisons voisines, l’école faisait face à l’église. C’était là, près du cimetière, le coeur d’Aydie, de mon village »

(De mon Béarn à la Mer Basque)


« Nous habitons l’impasse, une manière de bout du monde »

Joseph avec ses parents (tous deux instituteurs) et Albanie, son aînée, devant l’entrée de l’école où ils logent à l’étage (1898)


« Écolier modèle? Davantage écolier heureux de l’être sans jamais songer à récompense, et d’avoir pour maître son père »

La classe de l’instituteur d’Aydie (debout, à gauche), réunie devant la mairie, un jour d’inspection

Joseph et son frère Émile, le futur saharien (Aydie, 1906)
Plaque du centenaire apposée sur la façade de l’école en 1992




Citer ce billet
Joëlle Saucès (2018, 29 novembre). L’enfance à Aydie. Joseph Peyré (1892-1968), un écrivain universel. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qkzr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search