Biographie

Joseph Peyré naît en 1892 en pays de Vic-Bilh, à Aydie, village béarnais où son père et sa mère sont instituteurs. Il fait ses études au lycée de Pau (aujourd’hui lycée Louis-Barthou) puis à Paris, où il est l’élève du philosophe Alain en khâgne au lycée Henri-IV, et à Bordeaux : licence de philosophie et doctorat en droit (mention Sciences politiques et économiques). Après une brève carrière d’avocat au Barreau de Pau et de chef de cabinet à la préfecture de Limoges, il se dirige ensuite vers le journalisme avec Georges et Joseph Kessel. C’est alors, à la fin des années vingt, que ce dernier, soutenu par le poète, journaliste et écrivain Francis Carco, pousse Peyré à écrire. Alain avait vu juste, qui avait prédit à son élève une carrière littéraire ! Celle-ci durera près de quarante ans et donnera naissance à plus de quarante quatre ouvrages romans, nouvelle, essais et livres pour enfants.

Qu’aurait-été le destin de Joseph Peyré, sa trajectoire d’écrivain, sans la présence de ces quatre éléments qui, dès l’enfance, ont éveillé en lui une curiosité sans borne, l’ont fait pénétrer dans le mystère de la création de l’univers ? Du haut de son belvédère d’Aydie, aux confins des Basses Pyrénées, des Hautes Pyrénées et de Gers, il dispose d’un lieu d’observation propice au développement de ses facultés sensitives et intellectives. Possibilité lui est donnée de porter son regard jusqu’à la haute barrière pyrénéenne, d’en distinguer le relief nervuré, d’en révéler un réseau de gaves impétueux. Par les vents qui ne cessent d’y circuler, ce sont les effluves, qui ne manquent pas d’identifier leur provenance de l’au-delà de la montagne pyrénéenne, des plaines brûlées de la Vieille Castille. Il ne lui suffit que de fixer son regard vers l’ouest pour être sollicité par d’autres horizons tout aussi fascinants, desquels proviennent d’autres vents, chargés d’embruns de la mer basque, ou de fragrances de pinèdes landaises.

La terre, l’air, le feu, l’eau, viennent peu à peu former dans la psyché du futur démiurge un soubassement sensoriel qui ne cesse d’aller croissant avec les découvertes du monde qu’entreprendra Joseph Peyré tant par l’imagination que par ses nombreux voyages, mais en ayant toujours à l’esprit cette devise qui faisait de son microcosme béarnais un miroir du macrocosme universel : “Notre patrie se suffisait, et suffisait à nous fournir toutes les images du monde” ( De mon Béarn à la Mer Basque).

Christian Manso, Professeur émérite, Université de Pau et des Pays de l’Adour.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search