Autres horizons

D’une « terre » à l’autre des voyages de Joseph Peyré

Après les succès de L’Escadron Blanc et de Sang et lumières, l’écrivain multiplie les voyages. Conférencier, il fait plusieurs séjours en Afrique du Nord d’où il nous laisse, entre deux séjours en Espagne et en Suisse : Coups durs (1935) ; Romanesque Tanger (1943) ; Voyage marocain (1944) ; Un soldat chez les hommes (1946) et La Légende du goumier Saïd (1950).

De sa Palombière provençale où il vit dans le Var à Beauvallon, il se rend en Camargue, sa voisine, dont les étendues sauvages, les chevaux et les taureaux lui inspirent L’Étang Real (1949).

Mais il n’oublie pas les enfants avec lesquels il souhaite partager son goût de l’aventure, de la tendresse et de la poésie. Voyageant alors par la pensée des Andes aux Pyrénées, il publie : Inoa (1951), Le Pré aux ours (1959), Cheval piaffant, un Basque chez les Sioux (1960).

De Beauvallon, il nous embarque avec Les Quatre Capitaines de Saint-Tropez (1956) pour les Indes et les Amériques. Roman provençal, Le Plan du soleil (1960) est une histoire d’amour qui finit mal, dans une ambiance mystique, qui tranche avec la vie factice de la station estivale à la mode.

Mais s’il voyage, J. Peyré reste toujours accroché à « sa terre ». C’est à l’automne qu’il aime se retremper chaque année dans l’atmosphère de son enfance. De mon Béarn à la mer basque (1952) est la manifestation de cet attachement au pays.

Sitôt les vendanges passées, il faut que l’Aydien, s’évade encore et encore. Le goût de l’ailleurs le gagne de plus belle. Alors, il reprend la route avec Jean le Basque (1953), ce berger d’une vallée perdue des Pyrénées, pour émigrer avec lui vers les Etats-Unis.

Le retour aux racines, c’est le roman « béarnais », Le Puits et la Maison (1955), où un père et son fils se déchirent à Saint-Jean-des-Vignes, à cause des forages pétroliers qui annoncent le progrès. Teintée de poésie suivra la présentation consacrée au Pays Basque (1957), dans un album des Guides bleus, avec notices et photographies.

Six ans avant la fin de sa carrière littéraire et toujours entre deux horizons, Joseph Peyré n’a pas manqué à cette époque où il s’était déjà replongé dans son passé, de procéder à un ultime voyage. Un voyage en lui-même où il nous livre, à travers ses Souvenirs d’un enfant (1958), les secrets d’une vie et d’une éducation heureuses à la campagne.

Entre deux périples réels ou imaginaires au Sahara, en Espagne ou en haute montagne, l’écrivain voyageur reste fidèle à ses “terres » de prédilection : le Maroc, le Béarn, le Pays Basque, la Provence et les Amériques.

18 ouvrages : romans, essais, contes et livres pour enfants, sont le fruit de ses escapades littéraires, qui le ramènent sans cesse aux racines de son village béarnais d’Aydie.

Joseph Peyré



Revue Regards sur le Monde , 13/01/1936
 « A Joseph Peyré qui a si bien vibré à l’unisson de l’Ame Marocaine. En toute sympathie ».  Agde, le 25 avril 1942 » : Noguès.
 Sur le théâtre des opérations en Afrique du Nord (1942), avec les généraux Noguès et de Montsabert



« Heureux le reporter qui promène son regard sur le monde … »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search