La fresque montagnarde

Joseph Peyré, un classique du roman de montagne

Ecrivain voyageur, animé par le goût de l’ailleurs et la soif d’absolu, Joseph Peyré inspiré par son “Cervin Pyrénéen”, le Pic du Midi d’Ossau, s’est passionné pour la haute montagne, théâtre où l’homme se grandit et se magnifie.

Une trilogie montagnarde : Matterhorn (1939), Mont Everest (1942), Mallory et son dieu (1947)

Avec Matterhorn(1939), Mont Everest (1942) et Mallory et son dieu (1947), c’est un même regard émerveillé et inquiet à la fois, que celui qui l’a déjà conduit vers d’autres horizons : Sahara, Espagne ou Amériques, que l’écrivain porte sur la montagne. La conquête des sommets, la beauté des paysages et la symbiose entre l’homme et la nature, lui fournissent un sujet sur mesure. La montagne est pour lui une frontière sacrée, une assomption. Et c’est ce qui fait de sa trilogie montagnarde une œuvre universelle qui n’a pas d’âge. De fait, Peyré a une vision animiste de la montagne, et l’homme doit la respecter, quel que soit son esprit de conquête. Ainsi l’écrivain des coteaux d’Aydie est-il considéré comme un classique du roman de montagne. Pourtant l’homme, à la différence de Roger Frison Roche par exemple, n’a jamais couru le risque des sommets : « Le cas d’Henri Troyat – observe Michel Ballerini – est comparable à celui de Joseph Peyré : l’un et l’autre n’ont jamais pratiqué l’alpinisme, mais l’un et l’autre ont écrit des oeuvres qui comptent parmi les meilleures de la littérature alpine romanesque. » (Le Roman de montagne en France, Arthaud, 1973). Analysant la « poétique de la montagne dans l’œuvre de Joseph Peyré », l’écrivain palois Pierre Minvielle, membre de l’Académie de Béarn, retient que : « A la différence de ce qui se passe dans les œuvres de Ramuz, de Giono, de Frison-Roche ou de Troyat, la montagne n’est jamais quelconque chez Peyré » : elle est « un personnage animé ». Et la poétique est là, conclue-t-il « qui propulse la vérité géographique vers les hauteurs de la spiritualité ».

Carte de la main de l’auteur
de Mallory et son dieu.

« Que l’Everest soit encore ou ne soit plus vierge, que Mallory ait fait ou non la plus haute montagne du monde, ce n’est pas ici ce qui importe. Ce qui compte à nos yeux, c’est l’aventure spirituelle du héros, son ascension. » 

J. Peyré
Hergé a expliqué que L’Escadron blanc de J. Peyré l’avait inspiré pour écrire Le Crabe aux pinces d’or. En a t-il été de même avec Matterhorn pour Tintin au Tibet ? où l’on voit le Capitaine Haddock devenir philosophe, et Tintin arracher son ami Tchang à la montagne dans un élan mystique d’amitié, au péril de sa vie.
Fragment de lettre de René Dittert, chef de l’expédition suisse de 1952, envoyée depuis le camp de base de l’Everest
Article de
Louis Laborde-Balen
L’Ossau,
 le « Cervin Pyrénéen » du Béarnais
des coteaux du Vic-Bilh
« A chacun sa montagne »,
 Les Nouvelles littéraires,
N° 1099, 23 Sept. 1948.
   J. Peyré : CARREFOUR, 25. VII.1951

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search