La fresque espagnole

Les Espagnes de Joseph Peyré

Joseph Peyré, quand il s’agit de l’Espagne, « ses Espagnes », on le trouve sur tous les fronts, dans tous les domaines. Et s’il est souvent présent dans celui de la tauromachie, c’est peut-être qu’à côté des épreuves de la guerre civile, le sacrifice du taureau apporte un exutoire au peuple espagnol, d’autres sources de vie, bien plus puissantes que la mort.

Trois décennies durant (1934-1964) il a, en effet, consacré à l’Espagne, cette « terre aux milles visages », de très nombreux articles, fait des conférence, tourné un film et produit, treize livres emblématiques : romans d’action, romans historiques, recueil de nouvelles et une trilogie d’aventures. Une guirlande éternelle de textes qui conduisent le lecteur de l’Espagne de la tauromachie à l’Espagne de la Révolution, en passant par l’Espagne de l’ombres et celle du soleil :

Sang et lumières (Prix Goncourt 1935); L’Homme de choc (Grasset, 1936); Roc Gibraltar (1937); De cape et d’épée (1938); La Tour de l’Or (1947); Guadalquivir (1952); La Passion selon Séville (1953); Une fille de Saragosse (1957); Le Pont des sorts (1959); Les Lanciers de Jerez (1961); Les Remparts de Cadix (1962); L’Alcade de San Juan (1963); Feux et sang de juillet (1964).

S’y ajoutent deux présentations de livres : L’Espagne que j’aime (1961) et L’Espagne d’hier et d’aujourd’hui (1967).

Patio de Séville

En 1662, La Passion selon Séville est traduite en espagnol à l’heure de l’Exposition universelle de Séville, et présentée comme  » un libro verdaderamente mitico para tres generaciones de sevillanos… Un libre ya classico y legendario… Un aportacion capital a la biografia sobre el tema ».

L’Espagne, pour Peyré, est une terre perpétuellement nouvelle. Et s’il aime y vivre et s’en inspirer, c’est parce qu’il y trouve toujours quelque chose qui change au gré des paysages, des situations et du caractère plein de vie, de générosité et contradictions du peuple espagnol.

 En 1935, Sang et lumières (Grasset) est publié la même année que Coups durs (NRF). Il est le premier ouvrage de la fresque espagnole de J. Peyré (13 livres + 2 présentations d’ouvrages). Couronné par les Goncourt, le roman a connu, depuis, de très nombreuses rééditions. Il a fait l’objet d’un film franco-espagnol de G. Rouquier, en 1954, avec Daniel Gélin, Za-Za Gabor et Jacques Dufilho Dalogues de Michel Audiard.

 L’annonce du prix Goncourt sous les signatures des membres du jury : Lucien Descaves, Jules Romain, Léon Daudet, J.-H. Rosny aîné, J.-H. Rosny Jeune, Pol Neveux, R. Ponchon, Jean Ajalbert,
Gaston Chérau, Roland Dorgelès, Léon Hénnique.  
(Fonds « Joseph Peyré », Médiathèque intercommunale Pau-Pyrénées)
V. Blasco  Ibáñez

Azorin

 L’amitié avec Azorin et  Blasco Blasco Ibáñez « que penso fundar una institucion regelementada como la Academia Goncourt » (Heraldo de Madrid).

« En « Espagne Peyré a partagé notre vie. Il s’est imprégné de notre cadre. En son front il a ressenti l’or de notre soleil et en son esprit se logent les empreintes de nos émotions. Aussi est-ce pourquoi sa plume a su capter les vibrations qui nous sont propres. Aussi est-ce pourquoi son dernier livre « Sang et Lumières » est un magnifique fragment d’Espagne où bat l’âme populaire. « 

Le 23 mai 1935, l’Académie de Béarn reçoit Joseph Peyré au fauteuil d’Alfred de Lassence, ancien maire de Pau (1908-1919 ; 1927-1930). Et, pour célébrer le nouvel élu qui ramène le Goncourt en Béarn avec Sang et Lumières, elle lui offre une herrade surmontée de la Marguerite, son emblème.

Les Nouvelles Littéraires , 7 XII 1935

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search